Mon Coach de Sport - GLOMERON Alexis – 150 Avenue Emile Zola, 75015 Paris - 06 98 36 79 31 Coach Sportif Paris                                        Coach A Domicile  -   SAP835316811 - Carte professionnelle 07518ED0026 - contact@moncoachdesport.fr - CGV

Blog Coach Sportif

Blog Coach Sportif

Ce blog de sport vous propose des articles en relation avec le coaching sportif, l'entraînement, le fitness, la diététique et le bien-être.

Ce blog de sport vous propose des articles en relation avec le coaching sportif, l'entraînement, le fitness, la diététique et le bien-être.

Vous retrouverez des conseils sur comment perdre du poids, prendre de la masse musculaire, vous créer un programme sportif, quels sont les meilleurs exercices pour vous et bien plus encore...

Ce blog de sport vous propose des articles en relation avec le coaching sportif, l'entraînement, le fitness, la diététique et le bien-être.

Vous retrouverez des conseils sur comment perdre du poids, prendre de la masse musculaire, vous créer un programme sportif, quels sont les meilleurs exercices pour vous et bien plus encore...

Découvrir les services de coaching sportif  !

Bénéficiez d'un suivi personnalisé pour reprendre plaisir à faire du sport, vous renforcer musculairement, perdre du poids et retrouver confiance en vous quel que soit votre niveau avec un coach sportif qualifié.

Rentrez en contact avec votre coach sportif à domicile !

Nutrition

Méthodes de suivi alimentaire

16/04/2019

Méthodes de suivi alimentaire

Voici un panel de différentes approches de suivi alimentaire et des conseils pour les choisir.

 

1. Comment choisir sa méthode de suivi alimentaire

 

 

' Pour la grande majorité, vous devriez essayer d'adapter votre plan alimentaire (et d'entraînement) à votre style de vie, et non l'inverse ! '

 

Vous allez pouvoir identifier la meilleure option pour vous en fonction de :

 

Votre objectif

 

Avez-vous des objectifs extrêmes ? Dans ce cas-là il faudra choisir les méthodes avec la plus grande précision.

Ex : Allez vous concourir dans une catégorie de fitness ou êtes-vous maman à temps plein ?

Combien de kilos cherchez-vous à perdre ? Cherchez-vous à être affûté pour la plage ou souffrez-vous d'obésité morbide ?

 

L'étape à laquelle vous êtes

 

- Si vous êtes un athlète, vous pouvez vous référer au calendrier compétitif : êtes-vous en off saison ? En plein milieu de la saison ? Juste avant ou après une compétition ?

- Pour la population générale, on verra « l'étape » comme événement social : mariage ou retrouvailles de famille ou vacances à venir ...

Chaque phase de l'année exigera donc différents niveaux de précision et d'attention aux détails.

 

Votre niveau de connaissance actuel

 

Je fais référence à votre niveau de connaissance en entraînement ainsi qu'en nutrition et tous autres aspects liés.

Les notions de compter vos macronutriments et contrôler vos portions alimentaires vous parlent-elles ? Connaissez-vous vos sources de macro et micronutriments ?

 

Votre niveau de motivation

 

« Travail, famille, enfants, étude, argent »

La plupart d'entre nous ont plus d'impératifs dans leur vie que de s'entraîner et de manger.

Accorder votre motivation avec les différentes méthodes de suivi alimentaire.

Évitez les moments « tout ou rien ».

 

Vos préférences et votre mode de vie

 

Certains d'entre vous souhaitent un plus grand niveau d'autonomie, d'autres sont très à cheval sur les détails.

Vous devriez vous poser ces questions  :

 

  • Qu'est-ce qu'une journée normale pour moi ?

  • Je mange régulièrement dehors ?

  • Ai-je des engagements professionnels, familiaux et sociaux?

  • Combien de repas par jour me conviennent le mieux ?

  • Quel est le meilleur moment pour chaque repas en fonction de mon emploi du temps ?

  • Est-ce plus facile pour moi de manger les mêmes repas tous les jours ou je préfère la variété ?

  • Suis-je motivé par une baisse rapide et non continue du poids sur la balance ou une approche lente et régulière me satisfait ?

 

 

 

                                                        Suivi Alimentaire

 

 

 

 

 

 

2. Différentes méthodes

 

 

 

 

Automatique – Méthode sans suivi

 

Voici les méthodes de la moins contraignante à la plus précise.

 

A satiété.

 

Cette méthode consiste à manger selon sa faim.

Vous lutterez peut-être pour interpréter correctement les signaux de la faim (déshydratation, nourriture appétissante, vous ne mangez pas en pleine conscience).

En conséquence, beaucoup d'entre vous peuvent être enclins à trop manger sur une approche à satiété, cette méthode doit donc être appliquée avec prudence.

Pour l'utiliser vous avez besoin de bons signaux de la faim et d'une bonne relation avec la nourriture.

Cette méthode vous permet-elle de faire de bons choix alimentaires, de garder le contrôle de vos portions?

 

A satiété – Photo


Prendre des photos de vos repas vous éduque et vous sensibilise en fournissant de manière concomitante des informations objectives sur la qualité générale de votre alimentation, vous rend responsable envers votre coach (taille des portions, choix alimentaires ...).

 

Ajuster : Fréquence des photos, taille des portions, fréquence de repas.

 

 

Intégrer des habitudes

 

Mettre en place 1 à 3 habitudes à fort impact (80:20)

Plus nous essayons d'entreprendre de nouvelles habitudes à la fois, plus les chances de maintenir ces habitudes avec succès sont considérablement réduites.

 

Ex : manger lentement, manger une source de protéine maigre avec chaque repas, manger au moins cinq portions de fruits et légumes colorés par jour ...

 

Posez-vous la question : suis-je sûr à 90% que je suis capable d'intégrer cette nouvelle habitude ?

 

Vous pouvez utiliser un calendrier pour cocher chaque jour où vous avez mis en place avec succès vos habitudes.

 

Ces petites victoires régulières entraînent une cascade de succès.

 

 

 

Baser sur des processus

 

A mettre en place à un repas

 

Ceci est une version légèrement plus avancée du régime basé sur les habitudes.

 

- Définir un petit nombre de lignes directrices pour chaque repas.

- Chaque repas où vous adhérez à ces directives, vous obtenez une croix. A la fin de la semaine, comptez-les.

 

Vous pouvez prédéterminer le nombre de croix que vous essayez d'accumuler au cours de la semaine, mais une croix pour 80% de vos repas est un bon objectif.

 

A mettre en place quotidiennement

 

- Définir un petit nombre de directives pour votre journée. Cela peut être chaque jour consommer 3 portions de protéines et 5 de fruits et légumes.

 

Il fournit légèrement moins de rigidité que par repas.

 

Ajuster : Augmenter ou réduire les directives, les graduations d'adhérence (+/-), des paramètres plus ou moins spécifiques comme consommer des protéines à chaque repas VS. consommer 30g de protéines par repas.

 

 

Basé « sur des règles »


Jeûne intermittent, chaque repas doit avoir un « poing » de protéines, pas de glucides jusqu'au repas du soir, pas de graisses et de glucides ensemble, manger tous les légumes et les protéines d'abord, manger en pleine conscience, s'asseoir et manger sans distraction, mettre en place un repas et /ou la fréquence des collations.

*Ne fournit pas d'éducation en dehors des "règles".

 

 

 

                                         

 

 

 

 

Basé « sur des modèles » (Template based).


Fournit un modèle de nourriture de base avec une fréquence de collations et de repas.

Le guide de contrôle des portions « Precision Nutrition » par exemple.

Modifiez la taille ou la portion et la fréquence des repas en fonction des résultats.

Fournit une structure d'éducation à échafauder.

 

Ajuster : la fréquence des repas, la composition du repas.

 

 

 

 

 

Manuel – Méthodes de suivi

 

 

Tracker les protéines :


Il suffit de suivre votre consommation de protéines. Cela fournit une certaine éducation sur les apports protéiques appropriés. Cette méthode peut être géniale en hors saison ou période d'entretien.  

Pour les plus avancés sur le plan nutritionnel, cela fonctionne comme une couverture de sécurité.

C'est le niveau le plus accessible de contrôle pour la majorité d'entre vous.

 

 

Tracker les variables les plus importantes :

 

Simplement manger suffisamment de protéines et ajuster l'apport en fonction de la balance.

Fournit des données quantitatives (protéines et poids sur la balance) tout en offrant suffisamment de clarté pour que vous ne vous sentiez pas dépassés par le suivi de toutes vos macros.

Pour ceux qui recherchent un peu plus de précision vous pouvez vous donner un objectif de protéines et de calories journalier. C'est le compromis que je trouve idéal pour les amateurs de fitness.

 

 

Tracker les écarts :

 

Allouer des calories « funs » aux repas ou lors des collations. Se permettre 300 Kcals d'aliments qui nous font plaisir. Si vous avez un repas d'écart il suffit de suivre vos macros ce jour-là, prévoyez les repas ou vous allez manger dehors par exemple.

 

C'est une bonne alternative pour ceux qui suivent une méthode « A satiété» et veulent se donner un coup de pied, ou qui prévoient un événement social.

 

Ajustement : Allouer ± de kcalories et leur fréquence.

 

 

Tracker ces calories :

 

Le suivi de vos calories seulement, indépendamment du contenu en macronutriments, me parait un juste milieu entre flexibilité et objectivité.

 

Ajuster : ± de calories. Veiller à ce que les besoins en éléments nutritifs soient satisfaits (fibres, protéines, micronutriments ... ) grâce à l'inclusion d'aliments avec une forte densité nutritionnelle. Cette méthode requiert quelques notions de nutrition.

 

 

 

Moyenne hebdomadaire :


Ce suivi peut s'effectuer sous la forme d'un régime non linéaire.

Vous avez une cible hebdomadaire vous permettant d'atteindre vos objectifs : soit un excédent, soit un déficit ou une maintenance.

Ex : 2000 Kcals de moyenne au quotidien, ce qui donne 14 000 Kcals sur la semaine que vous pourriez répartir de cette manière : 2 jours à 3000 Kcals et 5 jours à 1600 Kcals.

C'est génial pour ceux d'entre vous qui ont planifié des événements sociaux (par exemple : des déjeuners de travail, voyages ou simplement souhaitent profiter de leurs week-ends).

C'est intéressant pour ceux qui recherchent une certaine liberté et ont des objectifs moyens.

 

 

Tracker par intermittence .

 

Entre 2 à 5 jours par semaine les macros sont suivies. C'est un intermédiaire entre le suivi des macros et d'autres méthodes (A satiété). Cela vous permet d'améliorer votre capacité à estimer la taille des portions et peut assurer une prise plus précise pendant les jours d'entraînement importants.

 

Ajuster : Au fil du temps, ajouter ou supprimer des jours de suivi en fonction des objectifs, de la motivation et de la phase d'entraînement.

 

 

Plage de macronutriment :

 

Suivi des macronutriments dans une plage donnée. Souvent utilisé pour les suivis à distance et nécessite un fort niveau de connaissances. Mentalement taxant.

 

 

Macros exactes :

 

Exactement comme le titre le suppose (+/- 5g), à mettre en place pour les périodes et les objectifs les plus intenses. Meilleure précision mais c'est aussi le plus psychologiquement taxant.

 

Exemple d'un objectif de macros journalier à atteindre.

 

 


Vous pouvez utiliser ces différentes approches sur différents mois, semaines ou même jours.

 

 


Beaucoup de ces méthodes ne sont pas mutuellement exclusives (elles sont seulement limitées par votre créativité) et peuvent en effet être utilisées en synergie: calories et photos, méthode basée sur le score et le suivi des protéines ...

 

        

 

 

 

[Vous pouvez aussi booker un appel avec votre coach à domicile Paris, nous recueillerons ensemble autant d'informations que possible, et je vous présenterai les avantages et les inconvénients de chaque approche, et vous conseillerai du mieux que je le peux pour la mettre en place.]

 

 

 

 

 

 

 

3. Comment connaître mes besoins caloriques ?

 

 

1. Suivi de la consommation et de changements de poids corporel.

 

Une méthode simple et fiable pour connaître votre dépense calorique est de manger plus ou moins le même nombre de calories chaque jour pendant un certain temps (5 à 7 jours) et suivre votre poids. S'il ne bouge pas, vous êtes au « maintien calorique », s'il baisse vous êtes en « déficit calorique », s'il augmente vous êtes en « surplus calorique ».

 

Comme vous pouvez le constater, en effectuant un suivi, vous obtenez une compréhension plus réaliste de la quantité de nourriture que vous mangez. En observant simplement les changements de poids corporel et en agissant normalement, vous obtenez une compréhension de ce dont vous avez vraiment besoin.

 

2. Estimer son besoin en calories

 

Le moyen le plus pratique et le plus rapide de déterminer vos besoins caloriques consiste à utiliser une formule vérifiée.
Lorsque vous choisissez une formule à utiliser, vous devez déterminer le niveau de complexité souhaité. Vous avez la possibilité d'utiliser simplement votre poids corporel et votre activité comme métrique, ou vous pouvez devenir plus complexe en utilisant des formules qui nécessitent la taille, l'âge, le sexe, le niveau d'activité et le but souhaité.

 

Calculez votre métabolisme au repos (MR) :

 

Voici une formule simple pour calculer le métabolisme au repos ou MR (adaptée de Mifflin St-Jeor) :

Femme : 10 x poids (kg)* + 6,25 x grandeur (cm) – 5 x âge (y) – 161

Homme : 10 x poids (kg)* + 6,25 x grandeur (cm) – 5 x âge (y) + 5

 

Exemple d'une femme qui pèse 65kgs, mesure 1,63m et est âgée de 49 ans:

  • 10 x 65 kg = 650

  • 6,25 x 163 cm = 1018.75

  • 5 x 49 = 245 – 161 = 84

 

==> 650 + 1018.75 – 84 = 1584.75 calories (MR) 

 

Ce chiffre signifie que, pour une femme de 65 kgs, mesurant 1,63 m et âgée de 49 ans, il lui faudrait 1584.75 calories par jour pour survivre et entretenir son corps. Vous devez aller plus loin et tenir compte du niveau d'activité physique (NAP).

 

Déterminez votre niveau d’activité physique (NAP) :

 

Le nombre de calories obtenu pour le métabolisme au repos doit être multiplié par un facteur d’activité physique (NAP).

 

Choisissez le numéro ci-dessus correspondant à votre situation, vous devez ensuite multiplier le numéro de fin par l'un des éléments suivants:

  • Sédentaire / Travail de bureau : 1.2

  • Boulot debout / Se lève régulièrement: 1.4

  • Actif par le travail ou l'exercice 1.6

  • Très actif / S'entraîne plus de six fois par semaine: 1.8+ (2).

 

Calculez votre dépense énergétique totale (DET)

Par exemple, avec l'exemple ci-dessus, si cette personne très active et s'entraîne plus de six fois par semaine, elle pourrait choisir 1.9. Lorsqu'il est ajouté à l'équation, nous trouvons le numéro suivant:

 

MR X NAP = DET

1584.75 x 1.9 = 3011 calories 


Ce nombre fournit une estimation de vos calories de maintien. C'est la quantité de calories que vous pouvez consommer chaque jour et vous attendre à ce que votre poids n'augmente ni ne diminue. En fonction de votre objectif, vous pourrez revoir ce nombre à la hausse ou à la baisse. 

 

Voilà une corde de plus à votre arc pour adapter votre plan alimentaire à votre style de vie, vos préférences et l'investissement personnel que vous êtes prêts à mettre !

 

A lire également : 

 

- Le guide simple pour manger sainement

- Le meilleur régime pour vous

- D'autre articles de nutrition

 

 

 

A propos de l'auteur : Alexis Glomeron

 

Alexis est un pratiquant des sports de force depuis maintenant 8 ans et coach sportif à domicile en région parisienne. Passionné par la performance sportive, la nutrition et le bien-être, il a orienté son parcours universitaire vers un Master 2 STAPS spécialité "Entraînement, biologie, nutrition,santé" afin d'aider les personnes à atteindre leurs objectifs grâce à un suivi personnalisé de grande qualité.

Découvrez Alexis et suivez ses aventures sur Facebook et Instagram.

Est-il temps d'arrêter de compter les calories ?

04/01/2019

Est-il temps d'arrêter de compter les calories ?

Faut-il vraiment oublier une bonne fois pour toutes de compter les calories et se focaliser uniquement sur la réelle valeur nutritionnelle des aliments ?

 

Les calories sont-elles importantes ?

 

En utilisant un exemple extrême, vous pourriez suivre un régime à base de votre fast-food préféré et perdre du poids si vous restez dans un déficit calorique. Aucun aliment ou groupe d'aliments ne provoque à lui seul un gain de graisse.

 

Avant que vous interprétiez mal mes propos, et choisissiez de vivre de hamburgers et de sodas, sachez que la nourriture ne se compose pas uniquement de calories.

 

En ne mangeant que de la junk food tous les jours tout en restant en déficit calorique vous seriez probablement affamé la plupart du temps car ce ne sont pas des aliments rassasiants. Aux oubliettes aussi votre apport en fibres, en vitamines, et autres nutriments qui permettent d'optimiser votre santé

 

Ces mêmes nutriments qui contribuent à maintenir des niveaux d'énergie élevés tout au long de la journée, interviennent dans des processus tel que la construction musculaire, le renforcement de votre système immunitaire, la prévention des cancers et j'en passe...

 

 

Qu'en est-il de la qualité des aliments ?

 

Comme indiqué ci-dessus, si votre objectif principal est l'optimisation de votre santé, vous devriez autant que possible consommer des aliments entiers . La qualité de la nourriture est également importante pour avoir des bons niveaux d'énergie et de satiété.

 

Ce n'est pas parce qu’il est possible de perdre du poids en mangeant de la junk food que la qualité de votre alimentation ne compte pas !

 

Nous devrions tous essayer de manger plus de fruits, d’inclure dans notre régime d’autres aliments jugés «vertueux» en termes de santé, tels que les noix et les graines, certains types de légumes, des quantités appropriées d’aliments de source animale (y compris ceux d’origine aquatique), des haricots, des légumineuses et des céréales complètes.

 

Je vous conseille cet article Le guide simple pour manger sainement qui explique pourquoi la consommation d'aliments entiers riches en nutriments devrait constituer au moins 80% de vos choix alimentaires, et qu'il est quand même possible de garder une petite place pour vos aliments préférés qui ne rentrent pas dans ces critères.

 

 

 

                                         Calories Aliments

 

 

 

 

 

Je fais quoi alors ? Faut-il que je compte mes calories ?

 

Le choix de compter ses calories varie d'une personne à l'autre et dépend de votre objectif et de vos besoins.

Si c'est une pratique que vous appréciez, et qui vous permette de rester motivé, foncez !

La nutrition n'est pas un choix binaire.

Il est important d'apprendre à mieux manger, à changer son état d'esprit, à adopter de meilleures habitudes et également à compter les calories, si cela aide.

 

Si vous êtes débutant dans le domaine de la nutrition, vous pouvez dans un premier temps essayer d'adopter des habitudes simples avant de vous lancer dans le grand bain :

- Suivre un horaire de repas cohérent .

- Mangez des aliments entiers ou peu transformés la plupart du temps.

- Mangez lentement et arrêtez de manger quand vous êtes rassasié.

- Lisez les étiquettes nutritionnelles et portez une attention à la taille de vos portions.

 

Votre situation personnelle devrait déterminer le pour ou le contre !

 

 

 

 

Le pour et le contre.

 

 

 

Fournir une métrique mesurable.


Le fait de suivre votre consommation de calories sur une période donnée vous permet de rapporter cette mesure à vos progrès.

Certaines personnes n'ont littéralement aucune idée de leur apport calorique. C’est particulièrement vrai dans les restaurants et les occasions spéciales. Si vous n'avez aucun contrôle sur vos choix alimentaires, la meilleure chose à faire est de manger lentement et de s'arrêter quand vous vous sentez satisfaits.

Surveiller juste pour avoir une idée de l'endroit où vous êtes est une chose utile à faire de temps en temps. Combien de fois vous le faites dépendra de votre objectif.

 

 

Quantifier combien vous consommez.

 

Une chose récurrente, c'est que beaucoup d'entre vous surestiment la quantité de protéines qu'ils consomment. Alors que vous pensez manger une bonne quantité de protéines quotidiennement, en réalité vous atteignez à peine les 1 gramme de protéines par kilo de poids corporel par jour, un bon objectif serait de viser un apport entre 1,4 et 2,5g de protéines par kilos de poids corporel, en fonction de votre apport calorique, de votre nombre d'entraînement, de votre âge... 


Un autre souci est l'apport calorique. Certains sous-estiment combien ils mangent et se rendent vite compte que c'est pourquoi ils ne perdent pas de masse grasse. Alors que d'autres peuvent surestimer leur consommation et finissent par ne rien manger.

 

Nécessaire pour des objectifs poussés.

 

Si vous avez des objectifs extrêmes, vous êtes pratiquement obligés d'effectuer un suivi des macros de manière très précise. Si vous voulez « un physique très massif et sec » par exemple : manger simplement de la «bonne nourriture» a peu de chances de vous amener vers votre objectif

Évidemment, tout est relatif, en fonction de ce que vous définissez comme « un physique très massif et sec », d'un physique pour briller cet été sur les plages, ou monter sur les planches, le degré de suivi sera tout autre.

 

Peut créer des troubles des conduites alimentaires

 

« Les troubles de l’alimentation (ou troubles des conduites alimentaires, troubles du comportement alimentaire) sont une série de perturbations du comportement alimentaire auto-imposées qui ont un impact important sur la santé physique et psychologique des personnes qui en souffrent. Les plus connus de ces troubles sont l’anorexie et la boulimie »

 

L'objectif quantitatif consistant à compter les calories et à adhérer à des objectifs arithmétiques spécifiques néglige la valeur nutritionnelle qualitative des aliments consommés.

 

 

Trouble des conduites alimentaires

Dans une étude récente de 2018, Kelly Romano et ses collègues suggèrent que ces tactiques pourraient être néfastes, tout du moins dans une population d'étudiants à l'université composée d'une majorité de femmes.

En effet, le fait de se peser et de compter sa consommation de calories était plus fréquemment associés à une gravité accrue des troubles de l'alimentation.

 

Encourager l'utilisation de ces comportements pourrait par conséquent nuire à la santé des individus plutôt que de l'améliorer.

 

Dans une perspective sans régime, les approches sans objectifs de poids visent à améliorer la santé globale et le bien-être des personnes, en augmentant les capacités de manger de manière intuitive.

Manger de manière intuitive est un style alimentaire adaptatif permettant de soutenir une santé physique et mentale favorable.

Explorer d'avantage la viabilité d'approches neutres sans objectifs de poids semble intéressant à la lumière des résultats de la présente étude.

 

Manger intuitivement.

 

C'est un sentiment génial de ne pas compter les calories, mais cela peut aussi être effrayant Maintenant que vous avez cette habileté à compter vos calories, vous pouvez toujours y revenir et corriger très rapidement si vous n'êtes plus sur la bonne voie pour atteindre votre objectif.


Cela dit, le but est que vous gardiez cette compétence en réserve et que vous réussissiez avec les habilités et les habitudes que vous avez développées au fil du temps.

 

Cela signifie le même nombre de repas chaque jour, à peu près aux mêmes heures, se coucher et se réveiller selon un horaire régulier, boire à peu près la même quantité d’eau. Et bien sûr, poursuivre le programme d'entraînement que vous avez mis en place tout en restant actif en dehors du gymnase.

 

 

 

 

         Dois-je compter mes caloies

 

 

 

 

Quels paramètres devriez-vous contrôler?

 


Si vous choisissez de contrôler votre consommation alimentaire, le plus simple est d’utiliser My Fitness Pal pour enregistrer tout ce vous mangez. Vous pouvez également acheter une balance pour peser les aliments avant de les faire cuire.

 

Prenons l’exemple où vous mangez déjà des aliments de qualité mais n'arrivez toujours pas à perdre du poids :

 

- Dans le cas où vous consommez fréquemment des aliments riches en matières grasses comme les noix et les beurres de noix, les avocats, diverses huiles ou bien encore du poisson gras, suivez ou mesurez ces sources de graisse pendant quelques temps même si celle-ci sont étiquetées "bonnes graisses".

Les sources de graisses sont caloriques et le total calorique peut augmenter très rapidement. Il peut être utile de mesurer la taille d'une portion de ces aliments pour en prendre conscience.

 

- Si vous mangez plus de sources de glucides que de graisses, suivez votre consommation de féculents et de céréales. Vous pourriez essayer de remplacer certains des féculents par des légumes (car ils sont plus faibles en calories pour un volume égal) ou simplement diminuer un peu les portions.

 

Suivez tout ce que vous mangez et buvez pendant une semaine pour voir ce qui se passe.

Vous découvrirez peut-être que vous avez tendance à oublier quelques petits plaisirs dont vous ne teniez pas compte auparavant.

 

Si la perte de graisse est l'objectif et vous ne perdez pas de poids, trouvez des façons simples de consommer moins de calories :

  • Mangez plus de légumes que de féculent.
  • Échangez des boissons sucrées contre des boissons sans calorie.
  • Mangez une bonne source de protéines maigres avec tous les repas.
  • Surveillez les sources de gras.
  • Mangez plus d'aliments avec un fort volume et peu de calories comme les légumes, certains fruits...

 

Concentrez-vous sur les aliments qui sont rassasiants et procurent un sentiment de satiété pour éviter de vous sentir en restriction.

 

Prendre un coach personnel Paris

 

Vous pourriez avoir besoin de plus de structure, de plus de responsabilités, ou avoir un objectif très précis.


Faire appel aux services d'un entraîneur personnel qui :

1) sait réellement de quoi il parle, et

2) se soucie de vous obtenir des résultats, est une excellente option.


J'ai constaté que mes clients ont surtout besoin d'éducation, de structure et de responsabilités, par opposition à la détermination ou au fait de savoir ce qu'ils doivent faire. 


Sachez ceci: il n'y aura jamais de moment parfait. Les choses ne seront jamais moins chaotiques. Et plus que probable quand A ne sera plus un problème, alors B et C le deviendront. Il y aura toujours quelque chose à traiter. Encore une fois, tout est une question de progrès, pas de perfection.
Vous devez agir maintenant. Vous n'avez pas à tout faire parfaitement dès le début, mais faites quelque chose.

Vous pourriez descendre à 2 stations de métro de chez vous en rentrant du boulot tous les jours, changer un repas par jour, ou commencer  un programme d’entraînement en force. Concentrez-vous sur un changement supplémentaire que vous pouvez faire!

 

Faites quelques chose et faite le aujourd'hui, retrouvez mes programmes d'entraînements et de nutrition personnalisés en fonction de vos besoins, vos objectifs et votre niveau de forme actuel, c'est le coup de pouce qu'il vous manque pour tenir vos bonnes résolutions sportives!

 

 

- Hernandez, Hugo. (2018). Body Weight Control An Engineering Perspective. 10.13140RG.2.2.11071.20644.

- Burger, Kyle & Shearrer, Grace & J Sanders, Abigail. (2015). Brain-Based Etiology of Weight - Regulation. Current diabetes reports. 15. 100. 10.1007/s11892-015-0667-5.

Monteiro, Carlos & Cannon, Geoffrey. (2015). Calories do not add up. Public health nutrition. 18. 569-570. 10.1017/S1368980015000014.

- Vasileva, L.V., Marchev, A.S., Georgiev, M.I., Causes and solutions to“globesity”: The new FA(S)T alarming global epidemic, Food and Chemical Toxicology (2018), doi:10.1016/j.fct.2018.08.071.

- Romano, K.A., Swanbrow Becker, M.A., Colgary, C.D. et al. Eat Weight Disord (2018) 23: 841. https://doi.org/10.1007/s40519-018-0562-6

- Tylka, Tracy & Annunziato, Rachel & Burgard, Deb & Danielsdottir, Sigrun & Shuman, Ellen & Davis, Chad & Calogero, Rachel. (2014). The Weight-Inclusive versus Weight-Normative Approach to Health: Evaluating the Evidence for Prioritizing Well-Being over Weight Loss. Journal of obesity. 2014. 983495. 10.1155/2014/983495.

- Malhotra, Aseem & Dinicolantonio, James & Capewell, Simon. (2015). It is time to stop counting calories, and time instead to promote dietary changes that substantially and rapidly reduce cardiovascular morbidity and mortality. Open heart. 2. e000273. 10.1136/openhrt-2015-000273.

- Lucan, Sean & Dinicolantonio, James. (2014). How calorie-focused thinking about obesity and related diseases may mislead and harm public health. An alternative. Public Health Nutrition. 10.1017/S1368980014002559.

https://www.mmt-fr.org/tca/ [Consulté le 02/01/2019]

 

A lire également : 

 

- Le guide simple pour manger sainement

- Le meilleur régime pour vous

- Méthodes de suivi alimentaire

 

 

 

 

A propos de l'auteur : Alexis Glomeron

 

Alexis est un pratiquant des sports de force depuis maintenant 8 ans et coach sportif à domicile en région parisienne. Passionné par la performance sportive, la nutrition et le bien-être, il a orienté son parcours universitaire vers un Master 2 STAPS spécialité "Entraînement, biologie, nutrition,santé" afin d'aider les personnes à atteindre leurs objectifs grâce à un suivi personnalisé de grande qualité.

Découvrez Alexis et suivez ses aventures sur Facebook et Instagram.

Que dit la science du « N°1 de la minceur en pharmacie »

03/12/2018

Que dit la science du « N°1 de la minceur en pharmacie »

 

 

Pour faire suite à l'Article : 4 bonnes pratiques pour choisir ses compléments alimentaires, je vais faire un exemple concret avec une célèbre marque de compléments alimentaires vantée par de nombreux influenceurs. La marque se dit N°1 de la minceur en pharmacie. Que vaut-elle vraiment? En utilisant les quatre règles présentées précédemment, vous pourrez avoir une idée de l'intérêt ou non de le consommer.

 

Les certifications des produits ?

 

fabriquent-ils leurs produits ?

Il est indiqué sur leur site que tous leurs produits sont fabriqués dans des laboratoires et usines spécialisés, qu'ils respectent les normes de sécurité et d'hygiène, ainsi que toutes les normes françaises et européennes en vigueur.

La gamme de compléments alimentaires est conçue et distribué par Nutra***** .

À ma connaissance, ils ne disposent pas de certifications GMP/ BPF et ISO 22 000.

 

 

 

Brûleur de graisses :

J'ai choisi leur brûleur de graisses car c'est un complément dont beaucoup attendent des effets miraculeux, mais ces allégations sont-elles vraiment validées scientifiquement ?

 

 

 

                                        Effets miracles compléments alimentaires

 

 

 

Voila ce que promet le complément (tiré de la fiche produit de leur site officiel) :

 

 « Contribue au métabolisme des graisses grâce au guarana »

 « Contribue au métabolisme des acides gras grâce au zinc »

 « Empêche l'accumulation des graisses grâce au curcuma »

 « Contribue à l'oxydation des graisses grâce au thé vert »

 « Aide à favoriser l'amincissement grâce au cola »

 «  Aide à brûler les graisses grâce au cola  »

 

 

Ici nous retrouvons dans la liste des ingrédients actifs pour deux gélules (dose quotidienne conseillée) :

- 57 mg de curcumine (à partir d'un extrait de Curcuma Longa?)

- 40 mg de poudre de noix de cola (Cola nitida)

- 40 mg poudre de feuilles de thé vert (Camellia sinensis),

- 30 mg extrait de graines de guarana (Paullinia cupana),

- 1,5 mg sulfate de zinc.

 

 

Que dit la science ?

 

Au vu des allégations présentées, j'ai consulté la littérature scientifique en essayant de trouver des études qui les confirmeraient, s'il en existe. J'ai essayé autant que possible de choisir celles avec des niveaux de preuves élevés, en évitant autant que possible celles in vitro ou faites sur des animaux.

 

- Thé vert

« Contribue à l'oxydation des graisses »

 

Le thé vert est souvent standardisé en catéchines et notamment en EGCG (Gallate d'épigallocatéchine). Une tasse de thé vert (Camellia Sinensis) contient environ 50 mg d'équivalent EGCG, cela dépend de nombreux facteurs (espèces de thé, durée de trempage, temps d'oxydation).

 

Les avantages des catéchines du thé vert sur l'oxydation des lipides et les voies de combustion des graisses associées sont obtenus de manière dose-dépendante.

 

Des effets significatifs chez l'homme ne sont observés qu'à des doses élevées, avec environ 400 à 500 mg d'EGCG par jour. La plupart des suppléments d'extrait de thé vert contiennent environ 50% d'EGCG, sois 800 à 1000 mg d'extraits de thé vert.

 

On retrouve dans le supplément présenté 40 mg de poudre de feuilles de thé vert sans indication sur la standardisation....

 

 

 

- Nagao, T., Komine, Y., Soga, S., Meguro, S., Hase, T., Tanaka, Y., & Tokimitsu, I. (2005). Ingestion of a tea rich in catechins leads to a reduction in body fat and malondialdehyde-modified LDL in men. The American Journal of Clinical Nutrition, 81(1), 122–129. doi:10.1093/ajcn/81.1.122

- Venables, M. C., Hulston, C. J., Cox, H. R., & Jeukendrup, A. E. (2008). Green tea extract ingestion, fat oxidation, and glucose tolerance in healthy humans. The American Journal of Clinical Nutrition, 87(3), 778–784. doi:10.1093/ajcn/87.3.778

- Wang, H., Wen, Y., Du, Y., Yan, X., Guo, H., Rycroft, J. A., … Mela, D. J. (2009). Effects of Catechin Enriched Green Tea on Body Composition. Obesity, 18(4), 773–779. doi:10.1038/oby.2009.256

- Hursel, R., Viechtbauer, W., Dulloo, A. G., Tremblay, A., Tappy, L., Rumpler, W., & Westerterp-Plantenga, M. S.

 

 

- Curcuma

 

« Empêche l'accumulation des graisses »

 

Seule, la curcumine est mal absorbée. On l'associe couramment à la pipérine pour résoudre ce problème. Les dosages généralement retrouvés sont de 1500 mg d'extraits de curcuma standardisés en  curcuminoïdes (jusqu'à 98%) et 60 mg de pipérine par jour répartis en trois fois.

 

 

                                                                   Curcuma

                                                            Une dose journalière de curcuma peut déjà représenter 3 grosses gélules.                                                

 

Le curcuminoïde qui nous intéresse ici est la curcumine, il semble être un activateur puissant de l'AMPK ce qui pourrait dire que sa consommation peut avoir des effets positifs sur la masse grasse et l'obésité.

 

En général, une inflammation excessive dans les adipocytes est fortement corrélée à l'obésité et au syndrome métabolique. Les interventions qui réduisent l'inflammation des adipocytes ont également tendance à réduire la masse grasse chez les personnes souffrant d'inflammation excessive.

 

L'augmentation de l'activité AMPK se traduit par un statut métabolique plus sain, ce qui peut réduire la production de graisse. La plupart des études sur la curcumine semblent prometteuse en tant qu'activateur de l'AMPK ce qui pourrait  « Empêcher l'accumulation des graisses », mais il n'y a pas à ma connaissance d'étude avec des résultats significatifs chez l'homme.

 

On retrouve dans le supplément présenté 57 mg de curcumine sans plus d'indication sur la provenance, pas d'ajout de pipérine pour améliorer l'absorption...

 

 

 

- Kim T, et al. Curcumin activates AMPK and suppresses gluconeogenic gene expression in hepatoma cellsBiochem Biophys Res Commun. (2009)-Lee YK, et al. Curcumin exerts antidifferentiation effect through AMPKalpha-PPAR-gamma in 3T3-L1 adipocytes and antiproliferatory effect through AMPKalpha-COX-2 in cancer cellsJ Agric Food Chem. (2009)

- Zhao J, et al. Suppression of fatty acid synthase, differentiation and lipid accumulation in adipocytes by curcuminMol Cell Biochem. (2011)

- Aggarwal, B. B. (2010). Targeting Inflammation-Induced Obesity and Metabolic Diseases by Curcumin and Other Nutraceuticals. Annual Review of Nutrition, 30(1), 173–199. doi:10.1146/annurev.nutr.012809.104755

- Jeon SM. Regulation and function of AMPK in physiology and diseases. Exp Mol Med.2016;48(7):e245.

 

 

- Zinc

 

« Contribue au métabolisme des acides gras »

Le zinc est le plus souvent supplémenté pour réduire la fréquence des maladies et soutenir les niveaux optimaux de testostérone. Le zinc a deux dosages standard. La faible dose est de 5 à 10 mg, tandis que la dose élevée est de 25 à 45 mg. La faible dose fonctionne bien comme prévention quotidienne, tandis que la dose élevée devrait être prise par toute personne à risque de carence en zinc.

 

On retrouve dans le supplément présenté 1,5 mg de sulfate de zinc. Pour vous donner une idée 100 grammes d’huîtres contiennent presque 40 mg de zinc... Bien que le zinc contribue à un métabolisme normal des acides gras, laissez moi douter de la différence ou non de prendre ces 1,5 mg...

 

 

 

-Maret W, Sandstead HH. Zinc requirements and the risks and benefits of zinc supplementationJ Trace Elem Med Biol. (2006)

-Recommended Dietary Allowances: 10th Edition.(p. 208)

-Hambidge M. Human zinc deficiencyJ Nutr. (2000)

 

 

- Guarana

« Contribue au métabolisme des graisses »
 

On se complémente en Guarana principalement pour ses propriétés stimulantes. Les dosages généralement retrouvés vont de 200 à 3000mg par jour, bien sur cela dépend encore une fois vous l'aurez deviné de sa standardisation en caféine notamment ; mais aussi de la tolérance de chacun à cette substance. La standardisation en caféine peut varier de quelques pourcents jusqu'à près de 90%

 

Les graines de guarana sont une source importante de caféine et on prétend que ces effets stimulants seraient plus durables en raison de l’association entre les tanins et la caféine.
 

 

Le guarana semble pouvoir augmenter l'oxydation des graisses chez le rat, ce qui est fortement corrélé au contenu en méthylxanthine et à la caféine.

 

On retrouve dans le supplément présenté 30 mg extraits de graines de guarana, sans plus d'indication sur la standardisation. Pour noter un effet notable il est possible de prendre une dose de 60 mg jusqu'à plus de 200mg caféine. Même si l'extrait présenté ici faisait partie de ceux les plus concentrés en caféine, on dépasserait péniblement les 25mg... Mais d'autres ingrédients présents contiennent aussi de la caféine donc il est peut être possible d'atteindre une dose qui permette un effet notable.

 

 

- Lima, W., Carnevalirjr, L., Eder, R., Costarosa, L., (2005). Lipid metabolism in trained rats: Effect of guarana ( Mart.) supplementation. Clinical Nutrition, 24(6), 1019–1028. doi:10.1016/j.clnu.2005.08.004

- Pagliarussi, R. S., Freitas, L. A. P., & Bastos, J. K. (2002). A quantitative method for the analysis of xanthine alkaloids in Paullinia cupana (guarana) by capillary column gas chromatography. Journal of Separation Science, 25(5-6), 371–374. doi:10.1002/1615-9314(20020401)25:5/6<371

 

 

 

- Poudre de noix de cola (Cola nitida )

 

« Aide à favoriser l'amincissement »     

 

 

Les effets stimulants de la noix de cola sont dus en grande partie à la caféine (entre 1,5 et 3,5 %) qu’elle contient, on retrouve aussi de la théobromine, des catéchines, des épicatéchines, de l'acide chlorogénique et de l'acide caféique.La posologie quotidienne maximale pour la poudre est de 1000 à 2000 miligrammes par jours.

On retrouve dans le supplément présenté 40 mg de poudre de noix de cola, pour ne pas changer toujours pas d'indication sur la standardisation et une dose très faible.

 

- Julius K. Adesanwo, Seun B. Ogundele, David A. Akinpelu   Armando G. McDonald3 (2017). Chemical Analyses, Antimicrobial and Antioxidant Activities of Extracts from Cola nitida Seed. Journal of Exploratory Research in Pharmacology 2017;2(3):67-77 DOI: 10.14218/JERP.2017.00015

- Nyamien Y, Adjé F, Niamké F, Chatigre O, Adima A, Biego H. Caffeine and phenolic compounds in Cola nitida (Vent.) Schott and Endl and Garcinia kola Heckel grown in Côte d'Ivoire. Br J Applied Sci Technol. 2014;4:4846-4859

- Nyamien Y, Marie-Pierre B, Adama C., Eddy P. Simultaneous Determination of Caffeine, Catechin, Epicatechin, Chlorogenic and Caffeic Acid in Cola nitida Dried Nuts from Côte d'Ivoire Using HPLC. Asian Journal of Biotechnology and Bioresource Technology, 2457-0125,Vol.: 1, Issue.: 2

 

 

 

 

Conclusion:

 

 

 

 

         Que dit la science du N°1 de la minceur en pharmacie

 

 

 

 

Le choix des ingrédients est potentiellement assez intéressant, bien que pour certains ingrédients la plupart des études à ce jour ne reposent que sur des études in vitro et chez les animaux, ce qui ne nous permet pas d'affirmer que les résultats trouvés soient reproductibles chez l'Homme, mais offrent cependant des pistes potentielles pour de futures recherches.

 

Le second souci est la quantité des ingrédients qui me semble faible par rapport aux dosages retrouvés dans les études. Déjà si vous aviez souhaité consommer un compléments de thé vert en poudre seul sous forme de gélules, vous auriez du en consommer plusieurs donc on se demande comment il est possible de faire rentrer des doses efficaces de plusieurs extraits végétaux dans juste deux gélules...

 

Il n'est pas non plus indiqué la standardisation des extraits végétaux. Quelle est la quantité de caféine au total dans le complément apporté par les extraits de poudre de noix de cola, de guarana et de thé vert ?

 

J'ai peur qu'ici la majorité des effets soient causés par la caféine, en fonction de sa tolérance on peut s'attendre à des effets secondaires (palpitations cardiaques, nervosité, nausée...).

 

Si on extrapole ici que la majorité des effets vient de la caféine, mais que ironiquement son dosage nous est inconnu... Un petit café aurait presque autant d'effet sur votre perte de poids sans l'effet catabolique pour votre porte monnaie :)

 

Si vous souhaitez bénéficier de matériel professionnel mis à votre disposition, d'un réel suivi personnalisé, de conseils d'expert et d'un soutien sans faille aussi bien pendant que en dehors de vos séances; je vous propose :

- Coaching sportif à domicile Paris

- Des programmes d'entraînement et de nutrition à distance personnalisés. 

 

 

https://www.julienvenesson.fr/pourquoi-le-curcuma-ne-marche-pas/ [26/11/2018]

 

A lire également : 

 

- 4 bonnes pratiques pour choisir ses compléments alimentaires

- Le meilleur régime pour vous

- Méthodes de suivi alimentaire

 

 

 

 

A propos de l'auteur : Alexis Glomeron

 

Alexis est un pratiquant des sports de force depuis maintenant 8 ans et coach sportif à domicile en région parisienne. Passionné par la performance sportive, la nutrition et le bien-être, il a orienté son parcours universitaire vers un Master 2 STAPS spécialité "Entraînement, biologie, nutrition,santé" afin d'aider les personnes à atteindre leurs objectifs grâce à un suivi personnalisé de grande qualité.

Découvrez Alexis et suivez ses aventures sur Facebook et Instagram.

4 bonnes pratiques pour choisir ses compléments alimentaires

22/11/2018

4 bonnes pratiques pour choisir ses compléments alimentaires

 

 

Les compléments alimentaires pourraient soutenir le bon fonctionnement de l’organisme et contribuer à sa protection. Qui n'a jamais fait une « cure » de vitamine C à l'approche de l'hiver ?

 

Définition d'un complément alimentaire :

 

La définition du Comité international Olympique (CIO) : « Un aliment, un composant alimentaire, un nutriment ou un composé non alimentaire qui est ingéré intentionnellement en plus de la diète habituelle dans le but d'obtenir un bénéfice spécifique pour la santé et/ou les performances physiques. »

 

Pourquoi utilisez-vous des compléments alimentaires ?

 

- L'une des raison principale est de lutter contre les carences et rester en bonne forme :

 

Beaucoup de personnes peuvent se retrouver carencées d'un ou plusieurs nutriments, et peuvent avoir ou non des symptômes qui diffèrent selon le nutriment concerné. On retrouve une fatigue persistance, de l'irritabilité, des douleurs diverses et variées, des problèmes de peau...

Pour remédier à ces carences, il peut être conseillé de prendre un complexe de multivitamines, de la vitamine D, du magnésium, du zinc ou encore des omégas 3.

Ces derniers pourraient contribuer à lutter contre le vieillissement prématuré de l’organisme et prévenir certaines affections.

 

- Pour maigrir :

 

Certains compléments alimentaires peuvent soutenir, voire accélérer une perte de poids, mais cette action restera minime, seul l’activité physique et de bonnes habitudes alimentaires vous permettront de maigrir durablement . Leur action agît à différents niveaux : élimination de la masse graisseuse, régulation de l'appétit, réduction de l'absorption des graisses ou des glucides.

 

- Pour le bien-être général, la digestion, lutter contre le stress, améliorer son sommeil...

 

 

Comment choisir un complément alimentaire ?

 

 

Je vais vous donner 4 règles qui vont vous permettre de faire le tri et reconnaître un complément alimentaire de qualité.Vous allez pouvoir en un clin d’œil éliminer les plus farfelues et trouver le meilleur complément alimentaire adapté à vos besoins.

 

 

 

                    Diversité compléments alimentaires

                                                               Rayon de compléments alimentaires d'un supermarché aux Etats-Unis

 

 

 

 

 

1. Les AJR, RNP et LSS

 

« Les AJR (apports journaliers recommandés) sont des valeurs utilisées pour l’étiquetage de certains produits qui ne prennent pas en compte les différences liées à l’âge ou au sexe, contrairement aux Références nutritionnelles pour la population (RNP) qui sont calculées de façon à couvrir les besoins de la quasi-totalité (97,5%) de la population concernée. »

 

Il existe pour certains nutriments un apport minimal indispensable au bon fonctionnement du métabolisme et des fonctions biologiques.  Mais ces besoins peuvent être augmentés par des situations particulières, des facteurs environnementaux (le stress, la pollution, le manque de sommeil peuvent également accroître ces besoins).

Vos besoins sont donc spécifiques !

En évaluant votre consommation quotidienne en chaque nutriment essentiel, vous serez en mesure de soupçonner une éventuelle carence et pourrez demander l'avis de votre médecin et/ou pharmacien.

 

La Limite Supérieure de Sécurité (LSS) est l’apport quotidien maximal pour lequel un nutriment ne présente pas de risque de surdose. On peut extrapoler que pour certaines vitamines il pourrait être intéressant d'aller au delà des recommandations officielles.

 

Prenons la cas de la vitamine D3 dont les recommandations de l'ANSES sont de 200 UI par jour. Un groupe de travail de l’Académie Nationale de Médecine affirme en 2012 que les besoins quotidiens en vitamine D devaient être réévalués à 1000 UI par jour, la prise d'un complément alimentaire de vitamine D3  entre octobre et mars dans l’hémisphère Nord semble donc essentiel car il sera très difficile d'atteindre les doses de vitamine D optimales par l’alimentation et l’exposition au soleil seule. 

 

 

2. Les Certifications des produits (GMP/BPF, ISO 22 000...)

 

 

Les fabricants de suppléments nutritionnels doivent s'assurer et garantir que les produits qu'ils mettent sur le marché sont efficaces et sans danger.

 

La certification « GMP », BPF en français (pour bonnes pratiques de fabrication) signifie que le fabricant doit s'assurer qu'une qualité optimale est assurée depuis l'achat des matières premières, en passant par chaque étape de fabrication, jusqu'au stockage et à la mise entre les mains du consommateur.

Le fait de suivre les bonnes pratiques de fabrication oblige à suivre tout un ensemble de règles portant l'attention sur l'environnement de la production, la manipulation et la transformation des matières premières, ainsi que sur les pratiques assurant un contrôle de l'hygiène et des conditions de travail. Le gros avantage c'est que le produit n'est pas uniquement testé sur un produit fini, mais qu'il est obtenu par les mêmes méthodes et dans les mêmes conditions chaque fois qu'il est fabriqué.

 

La norme ISO 22 000 est une norme internationale donc identique dans tous les pays qui permet de vérifier que tous les maillons de la chaîne de production respectent la méthode HACCP (la maîtrise des risques) et ISO 9001 (la recherche de l'amélioration continue).

 

Je ne peux que vous conseiller de vous diriger vers un produit qui dispose d'une de ces certifications, on peut être sur qu'un fabricant qui dispose d'une de ces certifications met en œuvre un processus de fabrication de qualité, cela ne permet pas de juger de la qualité intrinsèque du produit cependant :  un « brûleur de graisse » avec aucun ingrédient jugé efficace dans les recherches scientifiques par exemple n'aura pas plus d'effets parce qu'il est produit selon les bonnes pratiques de fabrication.

 

3. Des matières premières de qualité pharmaceutique et leur bonnes formes chimiques.

 

 

 

Utiliser des matières premières de qualité pharmaceutique signifie que l'on a fait des recherches sur l'efficacité et l'absence d'effet secondaire des ingrédients, que l'on a vérifié leurs qualités chimiques, biologiques et microbiologiques.  La présence d' un certificat d'analyse qui fournit des informations sur l'identité, la qualité, la pureté et l'origine de la matière première livrée est aussi souhaitable.

Vous devez aussi prêter attention aux formes chimiques des ingrédients dans vos compléments et leur associations. Certaines de ces formes peuvent être mieux absorbées, avoir une meilleure biodisponibilité que d'autres (fraction du nutriment assimilée et utilisée par l'organisme). Pour une meilleure absorption, certains ingrédients ont besoin d'autres nutriments.

 

- Le magnésium par exemple existe sous différentes formes qui ne renferment pas toutes la même quantité de magnésium en tant qu'élément (A partir de 5,4 % pour le gluconate de magnésium et jusqu'à plus de 60% pour l'oxyde de magnésium), sa biodisponibilité varie elle aussi énormément.

La comparaison qui va suivre ne porte que sur la forme chimique du magnésium-élément.

 

1. Magnésium et Vitamine B6 d'une marque que l'on retrouve en supermarché.

L'oxyde de magnésium par exemple est très bon marché, avec comme nous l'avons vu la plus forte teneur en magnésium-élément, mais son absorption est très mauvaise et peux entraîner des effets laxatifs.

120 Comprimés (120 jours) à 13,25 euros qui apportent 80% des AJR ==> 0,11 centimes par jour.

 

 

 

                                                      Complément alimentaire magnésium

                                                                         Comment déchiffrer l'étiquette d'un complément alimentaire.

 

 

 

2. Citrate de magnésium de la marque X

Le citrate de magnésium est assez accessible avec une biodisponibilité très élevée et est très bien tolérée.

500 grammes (200 jours) à 21,49 euros qui apportent 80% des AJR ==> 9,5 centimes par jour.

Cette marque est en plus en promotion toute l'année, les connaisseurs trouveront facilement.

 

Si vous choisissez le citrate de magnésium vous avez maintenant une bonne forme de magnésium pour moins cher que la forme dont l'absorption est très mauvaise et qui est pourtant réputée bon marché.

 

Vous pensez que c'est fini ?

 

Pour tirer la maximum de bénéfices de cette prise de magnésium vous devrez veiller à choisir cette forme dans une formule avec ces cofacteurs, ou les rajouter vous même à part : Taurine, vitamines du groupe B et en particulier la B6 favoriseront son absorption

 

4. Des Extraits végétaux standardisés.

 

Seuls les extraits standardisés de préparations à base de plantes apportent dans chaque unité consommée une quantité appropriée de principes actifs. L'utilisation seule du nom de plantes ne permet pas d'être renseigné sur leurs qualité et efficacité. Mettre en avant le nom de plantes sans indication sur la standardisation est juste une technique marketing pour jouer sur la crédulité des consommateurs.

 

Un processus de standardisation garantit une concentration de principes actifs précisément identiques d'une fabrication à l'autre grâce à un enchaînement de dosages et de contrôles particulièrement rigoureux pour s'en assurer.

 

Prenons le cas du thé vert, certains de ces composés seraient les plus à même d'expliquer les effets bénéfiques du thé que l'on retrouve dans les études scientifiques : les catéchines et notamment l'EGCG (gallate d'épigallocatéchine). Un « extrait de thé vert » apposé sur votre complément alimentaire sans plus d'information devrait déjà vous alerter. Dans les informations nutritionnelles vous devriez retrouver la quantité de polyphénols, de catéchines et surtout d'EGCG. Vous devriez vous abstenir d'acheter ce sachet de 100 grammes d'extrait de thé vert non standardisé à bas prix, et vous diriger vert un sachet qui vous indique la quantité de principes actifs présents.

 

 

 

 

 

Comment juger la fiabilité d'une information donnée par le marchand ?

 

 

 

Si vous souhaitez acheter un produit dont vous ne connaissez pas les principes actifs qui le composent et que vous maîtrisez la langue de Shakespeare, il vous suffit de vous rendre sur une base de données regroupant des articles de revues scientifiques sérieux.

Je vous conseil de vous rendre sur Pubmed, Researchgate ou Examine et de taper le nom des principes actifs.

Vous aurez accès à différentes études, et vous devez maintenant faire preuve d'esprit critique pour juger de la validité :

- Les études choisies ont des niveaux de preuve élevés ( Méta-analyse > Essais contrôlés randomisés > Études de cohortes).

On ne prêtera qu'une attention modérée aux études d'observation, ainsi que celles in vitro et chez les animaux.

- La majorité des études ont des résultats similaires et significatifs obtenus de façon répétée.

- Vous devez aussi regarder si les auteurs ont des conflits d'intérêt (une étude financée par un fabricant de compléments alimentaires doit être à prendre avec des pincettes).

 

Si vous souhaitez bénéficier d'un réel suivi personnalisé et de conseils d'expert, je vous propose des cours de sport à domicile.

 

A propos de l'auteur : Alexis Glomeron

 

Alexis est un pratiquant des sports de force depuis maintenant 8 ans et coach sportif à domicile en région parisienne. Passionné par la performance sportive, la nutrition et le bien-être, il a orienté son parcours universitaire vers un Master 2 STAPS spécialité "Entraînement, biologie, nutrition,santé" afin d'aider les personnes à atteindre leurs objectifs grâce à un suivi personnalisé de grande qualité.

Découvrez Alexis et suivez ses aventures sur Facebook et Instagram.

 

 

 

A lire également : 

 

- Que dit la science du "N°1 de la minceur en pharmacie"

- Le meilleur régime pour vous

- Méthodes de suivi alimentaire

 

Le guide simple pour manger sainement

19/10/2018

Le guide simple pour manger sainement

 

Les aliments que vous devriez manger la plupart du temps.

 

Vous devriez vous concentrer sur ces aliments dont le point commun est qu'ils sont entiers donc très peu transformés. Il a été démontré que la consommation d'aliments entiers riches en nutriments est essentielle pour améliorer la santé et prévenir les maladies.

 

En vous concentrant davantage sur des aliments entiers, vous consommez un grand panel de nutriments : des fibres, des vitamines, des minéraux… En plus des nombreux bienfaits sur la santé cités précédemment, ils vous aident aussi à réguler naturellement votre consommation alimentaire grâce à certains mécanismes internes dans votre corps (l'axe intestin-cerveau, la leptine...peut être le thème d'un prochain article). Ces mécanismes internes peuvent nous empêcher de surconsommer et de prendre de la graisse.

 

Au contraire la consommation élevée d'aliments extrêmement appétissants comme les aliments transformés qui combinent des faibles teneurs en protéines et en fibres ; des teneurs élevées en sucre, en gras, en sel, en amidon, une bonne odeur et une texture appétissante, déclenchent une réponse étonnante dans notre cerveau où nous ne ressentons pas la satiété ou la satisfaction, ce qui nous empêche d'en consommer un apport raisonnable.

 


Guide pour construire vos repas et collations

 

Les images et exemples suivants ne sont pas exhaustifs et beaucoup pourraient tomber dans d'autres catégories.

 

Les protéines :

 

C'est peut être l'un des facteur le plus important à prendre en compte. Si la majorité d'entre vous respectait un apport adéquat de protéines et de calories en fonction de leur cas personnel, vous pourriez ne pas vous préoccuper de calculer votre apport en glucides et en graisses.

 

L'un des avantages des protéines est qu'elles produisent une réponse élevée de satiété, vous vous sentirez rassasié plus longtemps et vous serez donc moins susceptible de trop manger.

Elles ont un effet thermogénique supérieur à celui des autres macronutriments, elles demanderont donc une plus grande dépense calorique pour leur digestion et absorption.

Elles vous permettront de maximiser la rétention et la croissance de masse maigre, ce qui vous permettra de maintenir une composition corporelle saine.

 

 

 

 

                

 

 

 

Quelle est la dose de protéines adéquate ?

 

D'après les recherches scientifiques vous devriez viser un apport entre 1,4 et 2,5 g de protéines par kilo de poids corporel ce qui est sans danger sur le long terme. Une règle simple serait de vous « diriger » vers la fourchette haute plus vous vous entraînez régulièrement (notamment en résistance), plus vous êtes d'un âge avancé (potentiellement sujet à la sarcopénie), et moins votre apport calorique est important.

 

Vous savez tous que vous pouvez retrouver des protéines dans les viandes, mais pensez à privilégier les viandes maigres et les viandes blanches, et consommer la viande rouge de manière raisonnée en fonction de votre quantité d'activité physique. Au choix vous avez le bœuf, le veau, le porc, le cheval, le gibier, le poulet, la dinde, le canard...

N'hésitez pas à consommer des fruits de mer et des poissons maigres que l'on appelle aussi poissons blancs comme le cabillaud, le lieu, le merlan, la sole, les crevettes...

Si vous êtes végétariens dirigez vous à minima vers les œufs élevés en plein air, il existe maintenant des filières comme la filière bleu-blanc-coeur qui est « engagée dans une démarche d'amélioration de la teneur nutritionnelle en Oméga 3 de notre alimentation » ; si votre budget vous le permet laissez vous tenter mais je doute que 486 mg de ces précieux oméga 3 justifient la différence de prix.

Vous pouvez aussi retrouver des protéines végétales dans les dérivés du soja (tofu, tempeh), le seitan, les légumineuses et les céréales que j'ai classé dans une autre catégorie.

 

Les graisses :

 

Pour les poissons gras privilégiez ceux en début de chaîne alimentaire : les anchois, les harengs, les sardines et les maquereaux.

Vous trouvez du gras dans les huiles : huile d'olive, huile de noix de coco, huile de graines de lin, huile de graines de chanvre. Pensez aussi aux fruits à coques et leur beurre : les noix, les amandes, les pistaches, les noix de cajou…

Vous trouverez aussi une bonne quantité de graisses « saines » dans les avocats, le cacao, les graines de lins moulues, les graines de chia, les graines de sésame...

 

Les féculents et les céréales :

 

- Les céréales complètes ( comme le quinoa, le riz brun ou sauvage, les flocons d'avoine ou d'orge, le sarrasin, le quinoa, l'amarante, le maïs…).

- Les pommes de terre et les patates douces

- Les produits à base de farines complètes : pain complet, pâtes complètes…

 

Un des indicateurs de la qualité d'un glucide est l’index glycémique. Les glucides qui ont un IG élevé (>70) font grimper rapidement et fortement la glycémie. Lorsqu'on en consomme, le pancréas sécrète une importante quantité d’insuline dans le sang. Or l'un des résultats de pics d’insuline régulier est de favoriser le stockage des graisses, il ne faut pas pour autant voir l'insuline comme un ennemi car c'est aussi grâce à elle que vous pouvez remplir vos stocks de glycogène musculaire et hépatique.

 

Les légumes :

 

Il est conseillé de multiplier les sources de légumes ainsi que de varier leur couleur, cela permettra de trouver tous les nutriments et les fibres dont notre corps à besoin. Les légumes sont un excellent moyen d'augmenter la satiété car ils prennent beaucoup de place dans l'estomac tout en contenant peu de calories. Ils sont remplis de micro-nutriments, sont pauvres en calories et si vous en mangez beaucoup, votre estomac s'étire ce qui active des récepteurs sensibles à l'étirement, permettant de déclencher une réponse de satiété élevée. Résultat ? Vous n'avez plus faim.

 

 

 

                

 

 


Haricots et légumineuses :

 

Haricots rouges, haricots azuki, lentilles, pois cassés, pois chiches... les légumes secs sont riches en fibres, apportent des protéines végétales, ont un index glycémique bas, ce qui leur confère de nombreux atouts santé. Des études récentes démontrent leur intérêt pour la ligne mais aussi pour l’environnement. Les repas riches en légumineuses réduisent l’appétit et permettent plus de satiété. Pensez à inclure des légumes secs dans son alimentation peut représenter une bonne stratégie si vous souhaitez perdre de la masse grasse et maintenir votre masse musculaire. Ils permettent une diminution légère du poids sans restreindre les apports caloriques.

Herbes et épices :

Avec les herbes et épices vous pouvez facilement transformer un repas fade et ennuyeux, en un délicieux repas. Trouvez des recettes qui utilisent des herbes et des épices si vous n'êtes pas un cuisinier créatif. Elles feront sans aucun doute la différence entre un repas que vous avez envie d'avaler à la va-vite et un que vous prendrez le temps d'apprécier.

 

Les fruits :


Choisissez les de préférence frais ou congelés. Achetez ce qui est de saison et local. Gardez les pommes et autres fruits faciles à consommer à proximité si vous avez tendance à grignoter fréquemment.

 

Boissons sans calories :

 

Les boissons gazeuses sans calorie sont à consommer avec modération et peuvent aider à satisfaire votre envie de sucré (dans un premier temps). L'un des changements les plus simples à faire est d'échanger des boissons riches en calories pour leur équivalent sans calorie ou faible en calories.

 

 


 

Qu'est-ce que "la plupart du temps"?


 

Les catégories d'aliments ci-dessus tombent dans la catégorie des aliments à manger la plupart du temps, ce qui signifie qu'ils devraient constituer au moins 80% de vos choix alimentaires, cela peut être une moyenne quotidienne ou hebdomadaire. On en revient à la question de si vous préférez un petit plaisir culinaire tous les jours ou un repas de triche une ou deux fois par semaine. D’où l'importance de répondre aux questions que je vous ai proposées dans l'article Le meilleur régime pour vous

 

 

 

 

Mangez ces aliments moins souvent.

 

 

Vous savez maintenant ce qu'il faut manger au moins 80% du temps, alors venons en aux aliments qui peuvent composer les 20% restants en fonction de vos besoins et vos préférences.

Mettez vous dans la tête que ces aliments ne sont pas mauvais ni à bannir. Les manger occasionnellement dans des quantités raisonnables ne vous fera pas gagner par magie des tours de taille. Rappelez-vous que seul un excédent calorique pendant une période prolongée provoque l'accumulation de graisses corporelles, et cela peut provenir de manger d'un excès de tout.

Ces aliments ne devraient pas représenter plus de 20 % de votre apport calorique, ils sont généralement très caloriques, ont un contenu en nutriments pauvres contrairement aux aliments précédemment cités. Mangez les en pleine conscience, ne les mangez pas simplement parce que vous les avez à portée de main ou que quelqu'un vous les offre.

 

 

 

Comment faire de la place pour les aliments que vous aimez

 


Si vous voulez vraiment avoir une relation saine avec la nourriture, vous ne devriez pas avoir d'aliments «interdits». Ne tombez pas dans le piège de l'étiquetage des aliments comme «bons» et «mauvais».

 

L'optimisation de votre santé physique est importante et est réalisée en mangeant principalement des aliments entiers. Votre santé mentale est également importante. Une façon de vous assurer que vous ne développez pas d'habitudes obsessionnelles et malsaines avec de la nourriture est d'avoir de la flexibilité dans vos choix alimentaires. Vos aliments préférés appartiennent à votre style de vie.

 

Mangez 3 fois par jour. C'est 21 repas par semaine. Faire en sorte que 18 d'entre eux soient basés sur des aliments entiers de bonne qualité, denses en nutriments. Les 3 autres peuvent être plus libres, mais il faut les planifier autant que possible à l'avance. Gardez-les pour un repas entre amis, ou quelques verres un samedi soir. Ne gaspillez pas votre allocation de 10-20% sur du grignotage stupide.


 

         

 

 

Adapté à vos besoins et préférences.

 

Maintenant que savez quels aliments devraient constituer la majeure partie de vos choix alimentaires et comment intégrer vos autres aliments préférés. Comme à chaque fois il faut maintenant adapter ces directives à vos besoins et préférences.

La façon de construire votre diète est seulement aussi efficace que votre adhésion à celle-ci. Si ce n'est pas déjà fait je vous propose de prendre un moment pour répondre aux question de cet article.

 

Choisissez activement ce que vous aimerez vous accorder comme plaisir. Planifier à l'avance. Si vous buvez quelques verres et consommez un plat qui n'était pas très sain quand vous sortez le samedi soir, ayez un plan pour ignorer les tentations. Vous pouvez par exemple commander votre plat préféré avec des légumes au lieu de frites. Ce n'est pas de la privation, il faut trouver votre équilibre. C'est de la modération.

 

Vous devez trouver l'équilibre entre l'atteinte de vos objectifs en matière de physique, de santé et de performance et le maintient du style de vie que vous souhaitez et qui vous permet de maintenir vos relations sociales.

 

 

 

 

                 Infographie manger avec modération

 

 

 

 

 

                      Infographie manger avec modération

 

 

 

 

 

 

Comment manger sainement en quelques mots :

 

Mangez des aliments entiers au moins 80% du temps.

Faites de la place pour vos aliments préférés.

Pensez à un mode de vie flexible et durable - pas à un régime qui draine votre énergie.

Soyez consistent et régulier- oubliez la perfection, ce n'est pas un jeu "tout ou rien".

Maîtriser les bases - sérieusement, faites-les pendant des mois et des années.

 

Vous voulez vraiment changer votre apparence physique ?

 

Une alimentation saine et un entraînement physique vont de pair. Alors qu'une bonne nutrition peut améliorer votre santé et contribue à la perte de graisse corporelle, un programme d'entraînement en musculation intelligemment bâti peut être l'outil qui change le galbe de votre corps. Bien manger peut vous aider à perdre de la graisse corporelle mais seul l'entraînement en force peut vous aider à maintenir et à développer vos muscles. Pour un maximum de résultats, je vous propose du coaching sportif à domicile ainsi que des programmes d'entraînement et de nutrition à distance personnalisés.

 

A lire également : 

 

- Méthodes de suivi alimentaire

- Le meilleur régime pour vous

- D'autre articles de nutrition

 

 

 

A propos de l'auteur : Alexis Glomeron

 

Alexis est un pratiquant des sports de force depuis maintenant 8 ans et coach sportif à domicile en région parisienne. Passionné par la performance sportive, la nutrition et le bien-être, il a orienté son parcours universitaire vers un Master 2 STAPS spécialité "Entraînement, biologie, nutrition,santé" afin d'aider les personnes à atteindre leurs objectifs grâce à un suivi personnalisé de grande qualité.

Découvrez Alexis et suivez ses aventures sur Facebook et Instagram.

Le meilleur régime pour vous.

27/09/2018

Le meilleur régime pour vous.

Vous êtes peut-être frustrés et découragés parce que vous avez essayé des régimes populaires qui promettent tous d'être le régime ultime pour la perte de graisse et cela sans le moindre effort.


Je vais vous donner les grandes clés pour ne pas faire les mêmes erreurs que tous le monde (je suis moi même passé par là), et ainsi vous pourrez gagner des années pour atteindre vos objectifs sans frustrations.

 

 

J'ai moi même été à la recherche du régime miracle, et au fil des années j'ai expérimenté de nombreux régimes à la mode (j'ai quand même réussi à m'épargner les plus farfelus).

La liste est non exhaustive, mais j'ai essayé le Régime Atkins, la diète cétogène, diverses formes de jeûne intermittent, des régimes détox, et même un certain régime Duk**.


Au fil du temps, les règles qui rendaient ma nutrition parfaite se multipliaient au gré de mes lectures et recherches, avec toujours plus de problèmes potentiels qui demandaient une nouvelle règle.


Les premières grandes règles étaient celles qui reviennent régulièrement et que tout le monde devrait prendre en compte :

  • Réduire sa consommation d'aliments transformés qui contiennent beaucoup de gras, de sucres, de sels et d'autres additifs.

  • Privilégiez les aliments riches en nutriments dans leur état le plus brut possible : viande, poisson, œufs, légumes, fruits, noix…


En poursuivant ma quête du régime « parfait », les contraintes devenaient trop importantes et plutôt pathologiques que « saines ».


Bien que je me sente en forme, n'ai aucune maladie et sois capable de m'entraîner dur quotidiennement, j'ai quand même réussi à me convaincre qu'il y avait quelque chose de plus que je pouvais faire.


Les produits laitiers et le gluten ont été élus ennemis publics ces dernières années, j'ai commencé a éliminer ces derniers. Chaque jour je devais redoubler d'ingéniosité pour composer mes repas.


Je n'avais pourtant pas le moindre symptôme, qui pourrait indiquer que j'ai un problème avec ces aliments. Je m’astreignais donc à tant d'efforts sans une raison vraiment valable. Les glucides aussi étaient devenus un problème et ainsi de suite…


Attention, je ne suis pas en train de dire que le « sans gluten », ou « le sans produits laitiers » est une mode! Il est évident, que si vous avez la maladie cœliaque, que vous êtes intolérant au gluten ou au lactose vous devriez les exclure totalement ou non en fonction du facteur de gravité. De même le régime Atkins, la diète cétogène ou encore le jeûne intermittent peuvent être des « régimes » très intéressants mais en aucun cas la panacée !  


Si vous voulez vraiment être en bonne santé, alors vous avez besoin d'une relation saine avec la nourriture. Cela signifie être en mesure de profiter de ces aliments réputés « pas sain » avec modération. Jamais vous ne devriez vous sentir coupable ou honteux après avoir fait un écart.


« Rappelez-vous que : Dans 100 % des cas, la vie est mortelle »(titre d'un article de Julien Venesson que je vous recommande de lire).

Peut être que certains d'entre vous y trouvent leur compte a avoir tous sous contrôle, à manger des aliments réputés « sains » tout le temps, vous pouvez aussi avoir des objectifs très avancés tels que pratiquer un sport de haut niveau, ou participer à une compétition de fitness.


Mais pour la grande majorité, vous devriez essayer d'adapter votre plan alimentaire (et d'entraînement) à votre style de vie, et non l'inverse !


Le meilleur régime pour vous est quelque chose que vous devez créer vous-même (ou avec l'aide d'un coach sportif particulier). Vous devriez vous poser des questions sur votre mode de vie, vos préférences, l'investissement personnel que vous êtes prêts à mettre...


Prenez un moment pour répondre aux questions suivantes en vous basant sur vos expériences alimentaires passées, vos préférences personnelles et votre style de vie actuel. Ici on cherche ce qui vous convient le mieux.


  • Combien de repas par jour vous convient le mieux ?

  • Quel est le meilleur moment pour chaque repas en fonction de votre emploi du temps ?

  • Trouvez-vous plus facile de manger les mêmes repas tous les jours ou préférez-vous la variété ?

  • Avez-vous une préférence pour les glucides, les protéines ou les graisses? Comment vous sentez vous après avoir consommé chacun de ces macronutriments ?

  • Préférez-vous vous faire un petit plaisir culinaire tous les jours ou préférez-vous avoir un repas de triche une ou deux fois par semaine ?

  • Êtes-vous motivé par une baisse rapide et non continue du poids sur la balance ? Ou êtes-vous satisfait d'une approche lente et régulière ?

 

 

Prendre des notes

 

 

 

 

 

Maintenant que vous avez répondu à ces questions, êtes vous sûr qu'un plan alimentaire strict est ce qu'il vous faut ? Que vous pouvez suivre un programme alimentaire trouvé sur le net ou dans un magazine qui n'a pas été personnalisé pour vous ?


Sans flexibilité avec vos choix alimentaires. Que se passe-t-il si vous voulez manger quelque chose qui n'est pas prévu? Si vous voulez sortir au restaurant?

Vous n'avez aucune influence sur la fréquence des repas. Que faire si les repas prescrits toutes les trois heures ne 
sont pas adaptés à votre style de vie? 
Est-ce un facteur qui faille tant de différence pour vous astreindre à un tel rythme?


Avec un plan alimentaire strict, vous n'avez souvent que deux choix face à des situations tentantes :

- Vous prenez votre tupperware avec vous quand vous dînez chez des amis.

- Vous sortez complètement des lignes directrices du plan alimentaire prévu et vous vous sentez immédiatement coupable.


Cette approche du «tout ou rien» peut entraîner des résultats à court terme, mais que faites-vous à la fin de 
votre régime?		
Savez-vous pourquoi vous mangez comme prévu dans ce plan ? 		
		
Un plan de repas sans coaching et éducation est une hérésie, de plus vous resterez toujours dépendant de la
personne qui vous les fait. 		

Pour aller encore plus loin, vous pouvez m'engager en tant que coach à domicile pour passer en revue les réponses avec vous et vous aidez à structurer votre alimentation. Mais n'hésitez pas à passer par ce processus tout seul, cela vous permettra de réussir à long terme.

 



Vous construire la diète la plus adaptée.

 

 

 

Comment réussir son régime

 

 

 


La meilleure diète est celle qui vous permet d'atteindre vos objectifs, tout en étant adaptée à votre mode de vie, tenable dans le temps (le but n'est pas de revenir à vos anciennes habitudes) et qui respecte votre santé physique mais aussi mentale !

Le «meilleur» programme sur papier est inutile s'il ne peut être durablement mis en place dans votre vie de tous les jours.


Vous savez maintenant que vous devriez adapter votre plan alimentaire à votre style de vie. Qu'elle est la prochaine étape ?


Maîtriser les bases :


Vous ignorez les bases parce que vous pensez qu'il existe des informations "secrètes", des pilules et des aliments magiques qui fourniront des résultats plus rapides.

Après tout si ces bases simples, ennuyeuses et faciles à mettre en place étaient efficaces, pourquoi tout le monde n'aurait pas les résultats qu'il souhaite ?


« Il existe forcément des techniques plus efficaces qu'on nous cache ? »


La seule façon d'atteindre votre objectif de perte de poids est de consommer moins de calories que ce que votre corps utilise chaque jour (que ce soit pour vos fonctions vitales, vous mouvoir, ou encore votre activité physique) ⇒ c'est ce que l'on appel un déficit calorique.

Peu importe ce que vous faites, vous pouvez ne plus manger de glucides après 17 heures (même les bannir totalement), manger que des aliments non transformés, riches en micronutriments … il vous sera impossible de perdre de la graisse si vous n'êtes pas en déficit énergétique.


Mais vous affamer en multipliant vos heures d'activités physiques n'est pas pour autant souhaitable si vous prévoyez de conserver votre masse musculaire et de rester en bonne santé.


Tenez-vous-en à l'essentiel, car ça fonctionne !

Si vous ne deviez retenir que trois principes :


1) Basez votre plan alimentaire sur des aliments entiers.

2) Assurez-vous que vous consommez suffisamment de protéines. Vous devriez en consommer au minimum 1,2 gramme par kilo de poids corporel, et davantage si vous êtes une personne d'un certain âge ou que vous vous entraînez régulièrement.

3) Si votre objectif est la perte de poids, vous devez vous trouver en déficit calorique.



Quand faire un changement ?

 

Le suivi de votre consommation alimentaire est un facteur de succès. Sans une certaine forme de suivi, vous ne pourrez apporter les améliorations nécessaires lorsque vous ne voyez pas les progrès que vous espériez.


Vous devriez traquer votre consommation alimentaire au moins au début, car sans cela :


- Vous risquez de consommer des portions plus grandes que prévu à chaque repas.

- Vous pouvez sous-estimer la valeur calorique de quelques aliments que vous mangez souvent.

- Si vous ne faites pas attention à votre alimentation le week-end vos progrès réalisés au cours de la semaine risque d'être anéantis...


Vous avez le choix entre plusieurs forme de suivi  :


1) Enregistrement de votre apport alimentaire dans un journal. Cela vous donne une bonne idée de la taille des portions que vous consommez.

2) Prendre des photos de la nourriture et des boissons que vous consommez. Cela vous donne un aperçu des portions que vous consommez.

3) Suivi de vos calories dans une application (MyFitnessPal par exemple). Cela devient un peu plus précis et peut être une expérience révélatrice de combien vous consommez quotidiennement.

4) Suivi de vos macronutriments dans une application. Cela vous donne un aperçu de vos tendances naturelles envers les protéines, les glucides et les lipides.


Faites-vous partie de ceux qui trouvent cela fastidieux ? 
De ceux qui sont dans un état de satisfaction quand ils atteignent leurs objectifs journaliers ?
Avec quelle méthode êtes-vous le plus susceptible de tenir ?
Vous pouvez alors très facilement en fonction de la méthode choisie ajuster vos portions, réduire votre cible journalière de calories ou macronutriments.


Tout au long de la semaine, vous serez attentif à ce que vous ressentez et à votre performance avec cette consommation réduite. À la fin de la semaine, vous noterez tout changement sur la balance, sur votre apparence visuelle ou sur l'ajustement de vos vêtements.



Vous devriez établir de nouvelles habitudes durables.

 

N'importe qui peut perdre du poids rapidement mais ce que vous souhaitez c'est le maintenir à long terme. Un des principaux responsables de l'échec à établir des habitudes durables, c'est de vouloir changer trop vite, donc rien ne reste « ancré ».


Changez une chose à la fois. Ceci est particulièrement puissant quand il s'agit de la nutrition, le domaine où vous luttez le plus. 

Voulez-vous un régime ou un mode de vie ?


Un régime par définition a une durée limitée. Vous le suivez pendant un certain temps, jusqu'à « l'échéance », souvent un peu avant lorsque vous perdez la motivation. Mais que ce passe t'il lorsque vous avez fini et recommencez à manger ce que vous considériez normal avant ce régime ?


Le plus recommandable est de créer un mode de vie durable construit sur des habitudes simples qui peuvent être maintenues à long terme. Pas quelques semaines mais pour toute une vie.


Vous devez prendre du plaisir dans le processus.


Vous pensez peut-être que manger sainement est fade, répétitif ,ennuyeux et difficile à tenir. Mettre en place de meilleures habitudes alimentaires peut être difficile au début, en fonction de vos habitudes alimentaires actuelles, mais vous devez vous concentrer sur le plaisir qui accompagne le processus.


Vous devez trouver un moyen de profiter du processus, de prendre plaisir à agir au quotidien. Par exemple: «Je vais bien manger aujourd'hui parce que cela me donne de l'énergie et me fait me sentir incroyable» et «Je vais battre la performance de la séance d'entraînement de la semaine dernière», et «Je vais me promener aujourd'hui profiter de l'air frais et bouger mon corps d'une manière agréable ».


Trouvez un moyen de profiter de ce que vous faites aujourd'hui, ainsi vous continuerez à le faire demain!

 

Si vous souhaitez bénéficier de matériel professionnel mis à votre disposition, d'un réel suivi personnalisé, de conseils
d'expert et d'un soutien sans faille aussi bien pendant que en dehors de vos séances; je vous propose :
- Séances de sport à domicile Paris
- Programmes d'entraînement et de nutrition à distance personnalisés.

A lire également : 

 

- Le guide simple pour manger sainement

- Est-il temps d'arrêter de compter les calories?

- D'autre articles de nutrition

 

A propos de l'auteur : Alexis Glomeron

Alexis est un pratiquant des sports de force depuis maintenant 8 ans et coach sportif

à domicile en région parisienne. Passionné par la performance sportive, la nutrition

et le bien-être, il a orienté son parcours universitaire vers un Master 2 STAPS spécialité

"Entraînement, biologie, nutrition,santé" afin d'aider les personnes à atteindre leurs

objectifs grâce à un suivi personnalisé de grande qualité.

Découvrez Alexis et suivez ses aventures sur Facebook et Instagram.